BDS : réclamons l’interdiction

Le 22.08.2015, l’artiste Juif américain Matisyahu devait se produire au festival reggae « Rototom Sunsplash » en Espagne.

Devant une lourde campagne du BDS mêlant pression, coercition et menaces (selon les propres termes des responsables du festival), ces derniers ont décidé d’exclure le chanteur qui avait refusé de leur signer un document prenant position en faveur de la création d’un Etat Palestinien.

Sur un festival qui s’étend sur une semaine et qui accueille 32 artistes, pourquoi n’a-t-on demandé qu’à 1 seul chanteur de se prononcer sur ce conflit ? Pourquoi n’a-t-on pas demandé aux participants musulmans leurs avis sur le traitement des femmes, des homosexuels, des infidèles et de l’élimination des Chrétiens, Juifs, Bouddhistes et autres minorités ? Pourquoi a-t-on fait une différence entre tous les artistes invités et lui ? Pourquoi l’avoir banni parce qu’il a refusé de répondre ?

Cette affaire a provoqué un véritable tollé international. Assez pour être reprise dans à peu près tous les médias occidentaux.

Assez pour que le gouvernement espagnol intervienne et condamne la décision prise par les responsables du festival.

Assez pour que 3 jours après leur décision fatale, les organisateurs du Rototom Sunsplash présentent leurs excuses publiques au chanteur et le réinvitent à se produire sur scène.

Matisyahu

Les pressions menées par le BDS sur cet artiste américain prouvent une seule chose : être Juif, c’est être Israël. Le simple fait d’être Juif suffit à leurs yeux d’être pointé du doigt. Leur « antisionisme » n’est qu’en fait que de l’antisémitisme primaire.

Cela s’appelle de l’antisémitisme et c’est interdit en France.

C’est pourquoi nous demandons au gouvernement français de prendre la décision qui s’impose concernant le BDS : l’interdiction.

Le monde entier a pu constater lors de l’événement culturel Tel Aviv sur Seine, du 13 août dernier, combien ces professionnels de la haine gratuite pouvaient être nuisibles et dangereux (cf les impressionnantes mesures de sécurité mises en place suite à la masse de propos haineux antijuifs sur les réseaux sociaux).

Après l’affaire de l’activiste BDS Benedicte Bauret qui a pointé du doigt les pharmaciens juifs français (une plainte du BNVCA a été déposée), après l’appel de l’ancien député Jean-Claude Lefort au boycott des produits cashers français, après l’apologie du nazisme du comité BDS du département de l’Hérault (plainte déposée par la LDH), après le soutien de membres du BDS à des organisations terroristes et djihadistes (vidéo de la Brigade Juive), qui doute encore de la vraie nature antisémite des membres de cette organisation ?
Il est temps que nos dirigeants prennent enfin leurs responsabilités face à l’antisémitisme galopant qui règne en France.

Il est temps d’interdire le BDS en France.

Amis lecteurs, partagez cet article partout. Le gouvernement français doit agir.

BDS 2

5 Comments

  1. Reclamer l’interdiction du BDS c’est comme reclamer l’interdiction du parti socialiste, tout les deux meme combat discrediter Israel au yeux du monde.
    Et par la meme occasion interdire l’Union des Organisation Islamique de France, je rappel classé organisation terroriste

  2. Je ne suis pas sur qu’il faille interdire BDS, le combattre oui.
    BDS et de plus en plus victime de ses propres excès, le peuple est exaspéré de toutes ces organisations qui veulent imposer par la force leur vision d’un monde stalinien, ou le peuple sera rééduqué et marchera au pas cadencé, lisant la nouvelle Pravda .

  3. Tout a fait d’accord avec Nuviala, ils finirons aux oubliettes de l’histoire, tandis que le Sionisme continuera a fleurir car il est basé sur les lois de la justice et de la vérité.

Les commentaires sont fermés.